Qui suis-je ?

Yvan Boccara est né à Tunis le 17 juin 1945 et mort à Saint-Dié-des-Vosges le 13 juillet 2014 à l’âge de 69 ans.

Il a été étudiant en lettres modernes, professeur de français dans des collèges à Strasbourg et en Algérie puis directeur commercial de la Weka, entreprise familiale de fabrication de cravates.

Yvan Boccara a eu 3 enfants. Il a écrit de nombreux textes qui seront publiés sur ce blog au fur et à mesure du dépouillement de ses archives.

La majorité de ses textes portent sur son expérience en tant que malade dans les différents hôpitaux de la région et sur toute son enfance en Tunisie.

Responses

  1. Je suis la petite fille du Docteur Scialom et ce qu’a dit Yvan Boccara sur mon Grand Pere m’a ému et je voudrais le dire à son fils car j’ai appris que Yvan Boccara est malheureusement décédé
    Merci de me répondre si vous voyez mon mail….

    • Bonjour Ganem,

      Merci de votre commentaire. Je suis David le fils d’Yvan je serais ravi de correspondre avec vous.

  2. Est-il possible que ce M. Boccara ait été jeune professeur de lettres à Drulingen (Bas-Rhin) dans les années 1968 /1969 ? Il pourrait alors avoir été le professeur de français, dont j’ai un très fort souvenir. Dans ce cas, je regrette bien de ne plus pouvoir lui dire combien son importance a été grande au cours de ma scolarité. Peut-être que quelqu’un de ses proches sera heureux de le savoir.

  3. Bien sûr, qu’on est africain !

    On représente les descendants de TOUTE une ethnie qui a vécu en afrique du nord pendant des siècles !

    On a été gentiment sortis de tunisie en nous coupant les moyens de rester décement, en travaillant et en vivant notre culture dignement.

    On est bien des réfugiés des pays d’Afrique du Nord !

    Il n’y a pas eu de génocide, mais ce n’est pas un critère déterminant !

    Si on pense que les palestiniens sont des réfugiés qui n’ont pas quitté leur terre, qui y ont posé leurs fesses en attendant que le monde les assiste par des aides de l’ONU, (qui n’ont qu’enrichi leurs voyoux de dirigeants) nous, qu’est-ce qu’on est?

    On s’est refait, au lieux de s’assoir, et de peser sur l’ONU et le monde. On a changé de pays, travaillé, comme les peuples qui nous ont accueillis. On s’est fondu dans le décors, comme un peu fautifs d’être pas du terroir! On a juste, vite, camouflé notre identité et on l’a jeté à la poubelle. Aurions-nous dû les arborer comme des drapeaux, en tant que réfugié, depuis 50 ans?
    Une petite réflexion personnelle:
    Depuis la naissance d’Israël, les pays arabes, par leurs dirigeants, ont pointé l’état juif comme la source de tous leurs maux, pendant qu’ils « pompaient » toutes les richesses de leur propre pays à leur propre profit !
    Depuis les années 50/ 60, ils croyaient avoir obtenus leurs indépendance, mais étaient asservis ! Que d’années passées pour s’en aperçevoir !
    De qui ont-ils le plus souffert? du colonisateur, ou de leurs « GUIDE »?


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s